24ème Tour de France Moulton

24ème Tour de France Moulton
« 33 km au pays des lacs »

Cette fois encore, le temps était radieux. Les préparatifs terminés à temps, les Moultoniens pouvaient arriver en masse. La nouvelle Moulton SST (SuperSonic Transport) est sur le podium avec toutes explications sur ses particularités :
– Cadre en Columbus Spirit et Reynolds 525
– Suspension avant améliorée
– Patte de dérailleur avant repositionnée
– Pattes allégées en inox, arrière verticales et cruciformes
– Bases rondes pour gagner en légèreté
– Patte ajustable pour les garde-boue
– Articulation arrière renforcée
– Tige de selle à chariot droit
– Selle Brooks siglée Alex Moulton (AM)
– Prix 3950 Euros

Le petit déjeuner à l’anglaise n’a pas filé à l’anglaise. Il a connu un vif succès avec ses pancakes, viennoiseries, café et jus d’oranges pressées. Mais nous ne sommes pas pressés et ce sont les voitures qui se pressent sur le parking réservé pour l’occasion. Tout le monde parle « Moulton » et Gaëtan mitraille déjà avec son appareil photo dans les détails des mécaniques ou moins sérieusement dans la réalisation de tasses siglées Alex Moulton.

26 Moultoniens sont déjà prêts à partir dès onze heures mais pas pour le bouillon d’onze heures. Ce sera plutôt pour sabrer ou sabler le champagne lorsque nous franchirons le millième kilomètre effectué depuis le premier Tour de France Moulton en 1991. Cela va se passer à la sortie du Thillay sur la piste cyclable. Vincent, l’un des plus fidèles participants, va couper le ruban avec le couteau multifonctions offert avant le départ pour tous, dans la tradition du cadeau publicitaire. Mais cette année, pour ne pas couper l’AMitié, j’avais demandé de recevoir en échange une pièce d’un centime. Certains ont été jusqu’à m’offrir dix années d’amitié en me donnant dix centimes.
Nous continuons la piste cyclable en décidant de boire le champagne en apéritif lors du pique-nique. C’est mieux, pour ne pas avoir les jambes coupées bien qu’elles n’étaient pas très vaillantes car nous avons fait les quatre premiers kilomètres en trois quarts d’heure. Bref, nous sommes à Gonesse et allons emprunter la voie du BHNS, le fameux Bus à Haut Niveau de Services qui reliera le RER D au RER B en site propre et ainsi éviter de passer par Paris. Nous roulons donc avant sa mise en service et profitons d’un revêtement neuf et de qualité sans personne dessus. Quel plaisir d’être sur une piste moultonienne.

Nous pique-niquons à Villiers-le-Bel dans le même square que celui de l’année dernière. J’ai remplacé le barbecue par un réchaud Camping-Gaz pour faire griller des toasts que Marie-Ange tartina de foie gras, toujours apprécié. Nous occupons les tables au soleil mais Michel préférait se mettre à l’ombre. Les bouteilles de Loupiac sont plus nombreuses que les Moulton. Les conseils gastronomiques s’échangent, tout comme les plats eux-mêmes. Sauf le boudin, puisque l’autre Michel, se réveillant trop tard, décidait de nous rejoindre directement au lieu du pique-nique, mais sans boudin, hélas.

La partie de tartes étant terminée, nous repédalons, tout aussi lentement vers Sarcelles. Retardés par une crevaison sur une roue avant d’une Moulton Bridgestone pilotée par le premier Michel, nous arrivons quand même à l’heure sur les berges du Petit Rosne à Sarcelles pour une visite audio-guidée. Le thème était de nous expliquer l’utilité des nouveaux bassins de retenue en cas d’orage et l’intérêt de remettre à ciel ouvert ce cours d’eau. Nous avons, ainsi, pu remarquer une faune et une flore se développant en admirant un héron et quelques poules d’eau. Merci au SIAH (Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement Hydraulique des vallées du Croult et du Petit Rosne) qui nous avait préparé et proposé gracieusement cette visite originale et pour nous seulement. Elle a eu beaucoup de succès.

Mais il commence à se faire tard et la fraîcheur se fait sentir. Nous partons à 16h30 après une heure et demie de visite et commentaires vers Garges-lès-Gonesse. Certes, c’est plus agréable de moultoner dans la campagne mais en ce dimanche la circulation est faible, heureusement. De toute façon, le dernier but de ce Tour de France Moulton nous oblige à rester dans l’urbanisation car nous allons profiter d’une nouvelle autoroute qui ne sera ouverte à la circulation que dans le courant de la semaine suivante. Nous avons eu de la chance que les travaux aient pris du retard, car elle devait ouvrir fin septembre. Donc depuis Garges-lès-Gonesse jusqu’à Gonesse en traversant Bonneuil-en-France, nous avons moultoné sur cette sublime autoroute sans se priver de piloter sur la voie de gauche. Avant la dernière bretelle de sortie, nous avons fait une photo historique du groupe. Mais nous revoici dans la circulation que nous n’apprécions guère. Cependant nous reprenons une autre section du BHNS et terminons par la piste cyclable que nous avait vus franchir le matin notre millième kilomètre.
L’année prochaine sera notre premier jubilé en pensant au second pour le deux millième kilomètre après cinquante ans de bons et loyaux pédalages.

En attendant, je vous dis à l’année prochaine pour le 25ème, le dimanche 2 octobre 2016 (l’année étant bissextile).
Philippe VIELLIARD   Crédit photos : Gaëtan Touyer


Photos détails Moulton


design Michel Quennessen (timbre)

Publicités

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :