Le Moultonien n° 22

« La Haute Renaissance à Moulton en 35 km »

La réunion et les Moulton Mini

La réunion et les Moulton Mini

Le beau temps étant coutumier du fait, une exposition de modèles Moulton pour enfants est présentée à l’extérieur, dans la cour. Il s’agit d’une Moulton Junior 1980 tri-ang qui est le modèle le plus petit avec une vraie suspension arrière et une fausse suspension avant pour le look, (1980 ne signifiant pas l’année), d’une Moulton super 4 qui possède donc 4 vitesses Sturmey-Archer dans le moyeu et une double suspension et d’une Moulton Midi pour adolescents qui a une vraie suspension arrière mais une fourche fixe à l’avant sans même une fausse suspension.

Votre serviteur-organisateur Philippe

Votre serviteur-organisateur Philippe

Cela valut, à l’époque, à Raleigh, constructeur de ce modèle sous licence Moulton d’expédier aux clients un renfort métallique pour le cadre car il se fissurait à cause de l’absence de suspension. L’exposition est complétée par des Moulton miniatures comme un modèle deluxe réalisé en 1976 avec des tickets de métro et de petits dioramas représentant des Moulton évidemment.

Le breakfast

Le breakfast

Un petit déjeuner est proposé sur place gracieusement par Françoise, ou plutôt un breakfast car il a une tendance anglaise. Donc, dès 9 heures les Moultoniens sont déjà nombreux et discutent passionnément de leur sujet préféré, à savoir les Moulton et toutes leurs particularités. De la plus simple ou la plus pure, de Jean-René à 2 vitesses jusqu’à la Rohloff aux 14 vitesses dans le moyeu de Philippe Morénon et même 30 vitesses pour la Moulton TSR de Saïd ou la TSOR de Vincent.

Les miniatures Moulton

Les Moulton mini

Les Moulton mini


Un prototype de 1972

Un prototype de 1972


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Étienne en bivouac

Étienne en bivouac

Dans l’esprit du musée Grévin ou de Madame Tussaud, une reconstitution du bivouac (sans tente puisque nous n’en avions pas) de notre voyage sur l’Avenue Verte de Paris à Londres est proposée en mieux puisqu’Étienne est dans ce décor en chair et en os et non en cire mais en sir.

Les Moultoniens réunis avant le départ

Les Moultoniens réunis avant le départ

Pendant que nous sommes tous réunis, Gilles, photographe professionnel, nous fait la surprise d’un reportage. Il fait même une photo aérienne de nous-mêmes parmi nos machines depuis le grenier. Maintenant que nous sommes presque au complet (Bernard nous retrouvera plus tard) j’ai le plaisir de maintenir la tradition d’un cadeau-souvenir pour chaque participant. Cette année, j’ai eu l’idée de fournir un gilet de sécurité que j’ai fait imprimer de la mention dans le dos « Dépassement 1 m » avec une flèche sous la pub www.moultonfrance.com

La traditionnelle photo-souvenir

La traditionnelle photo-souvenir

Nous partons à 10 heures pour notre 22ème Tour de France Moulton dont la première étape est deux fois plus longue qu’à l’accoutumée puisque nous  passons le parvis du château pour atteindre, en côte, le parvis de l’église Renaissance. De la Haute Renaissance, devrais-je dire car haute à cause de la côte. De là, nous faisons notre photo de groupe, photo-souvenir habituelle et nous sommes de plus en plus nombreux, nécessitant un appareil grand angle dorénavant.

En route pour le Tour de France

En route pour le Tour de France

Nous quittons le village vers 10h30 en empruntant la départementale pour un ou deux kilomètres quand même. Nous faisons un tout petit crochet pour retrouver  Bernard et sa Moulton suréquipée à la gare, en RER (Régulièrement En Retard). Ensuite, dès la sortie de Goussainville, nous profitons d’une piste cyclable que votre serviteur avait balayée quelques jours auparavant. Et, à la hauteur de Fontenay-en-Parisis, nous empruntons des pistes cimentées en plein champ. Nous sommes dans une tranquillité surprenante avec la sécurité de circuler sans voitures et dans un dépaysement total qui nous ferait penser que nous sommes en province, loin de la région parisienne.

Moulton deluxe et Moulton AM7 suréquipée

Moulton deluxe et Moulton AM7 suréquipée

Le gilet efficace

Le gilet efficace

Le traditionnel pique-nique

Le traditionnel pique-nique

Moulton Bridgestone

Moulton Bridgestone

L'église du Mesnil-Aubry

L’église du Mesnil-Aubry

À l’horizon se détache le clocher du Mesnil-Aubry signalant ce petit village comme il y en a encore dans notre région. Nous croisons la Nationale 16 mais en fait, nous passons dessous pour entrer dans le village. Il est midi net. Sans penser à la Moulton Midi mais à l’angélus qui sonne, nous nous arrêtons sur une grande pelouse agrémentée de tables entretenue et tondue par la municipalité pour notre passage. La renaissance renaît et les appétits sont là. L’autre tradition étant de se régaler de foie gras arrosé de Loupiac et même toujours d’un Sauternes de plus de quarante ans d’âge. Merci Michel et félicitations à Vincent qui réussit à chaque fois l’ouverture de la bouteille sans casser le bouchon dans le goulot. Le boudin d’un autre Michel, les anguilles de Bernard, les noix de Babette et Robert ainsi que les gâteaux de Saïd sont disposés et à disposition sur la nappe offerte lors de nos premiers « Tour de France Moulton » par Jean-Paul. Elle vient de Guyane sur les pas de tir des Ariane. Toujours pas d’eau, depuis le ciel, et surtout pas dans les verres.

À quatorze heures nous levons le camp pour atteindre (en roue-libre) l’église Renaissance. La sacristaine Marie-France nous ouvre son jardin pour garer nos machines et me confie la clef de l’église. Je propose, d’abord, une description de la façade puis nous entrons pour admirer les vitraux et comprendre leur allégorie. Les voûtes sont remarquables avec leurs liernes et tiercerons et pour les plus grandes avec leurs clefs pendantes ou les écussons des Montmorency. Nous avons remarqué, également, une magnifique statue du XIVème siècle représentant la Vierge allaitant. En sortant, sur le portail, nous avons élucidé une énigme. Il s’agissait des lettres IHS entrelacées des lettres AM : IHS pour Iesus Hominum Salvator (Jésus Sauveur des Hommes) mais AM ne signifiant peut-être pas Alex Moulton, nous en avons conclu qu’il s’agissait d’Anne de Montmorency, Connétable du lieu et bienfaiteur de cette église.

Et celle d'Attainville

Et celle d’Attainville

Une heure et demie plus tard, nous moultonons à nouveau. Il y a possibilité, pour ceux qui le désirent, de rester sur place et nous reprendre au retour puisque notre circuit est en forme de huit et nous sommes dans le croisement. Personne ne veut manquer la suite de la randonnée et c’est tant mieux et toujours temps mieux pour nous. Sous le soleil, nous allons bon train ou bon vélo vers Attainville, toujours sur les pistes en ciment. Elles sont un peu plus vallonnées que ce matin mais tout le monde apprécie et se sent en forme, n’est-ce pas Michel sur ta Moulton TSR 8 Conran rouge et ton gilet qui flotte au vent ?

Michel, notre plus actif participant, est sur rare Moulton TSR 8 Conran

Michel, notre plus actif participant, est sur rare Moulton TSR 8 Conran

Un bref arrêt avant l’église d’Attainville me permet avec mon frère Vincent et son épouse de saluer une cousine. C’était comme une renaissance. Le but, à l’arrivée, est d’admirer cette église de la Haute Renaissance qui a retrouvé ses célèbres pots à feu. Sur les quatre existants d’origine, un seul subsistait depuis longtemps. Alors les trois autres ont été refaits et placés il y a quelques années seulement. Le clocher retrouve donc tout son équilibre.

L'arrivée au crépuscule

L’arrivée au crépuscule

Nous quittons Attainville vers seize heures trente pour rejoindre Le Mesnil-Aubry mais par un chemin différent. Cependant, quelques Moultoniens, reconnaissant la route de l’aller, l’ont empruntée à nouveau, scindant en deux parties le groupe. Dommage, mais ce groupe dissident a pu admirer de près un renard de toute beauté. Nous reformons le bataillon au niveau de Fontenay-en-Parisis et pédalons sur l’autre piste cyclable, celle du retour jusqu’à l’entrée de Goussainville. Nous faisons, là, un petit break, pour une renaissance bien méritée. Tous ensemble, ensuite, nous raccompagnons Bernard à la Gare de Goussainville. Il se fera aider par Christophe pour le portage de sa lourde Moulton outillée afin de passer sous les voies. Mais les tickets de quai n’existant plus, il a fallu demander une autorisation à la guichetière (par chance il y en a encore une ici) pour permettre à Christophe d’entrer et ressortir des quais sans payer. Que de complications.

Nous terminons, nous autres, au point de départ qui est le Vieux-Pays de Goussainville et nous nous séparons en nous promettant de nous revoir au 23ème Tour de France Moulton le dimanche 5 octobre 2014.

Philippe VIELLIARD